[RoadTrip] L'Ouest Canadien

11 étapes
3 commentaires
4
Un premier voyage en camping-car grandiose à travers ces territoires sauvages, des dernières couleurs automnales en Colombie-Britannique jusqu'aux premières neiges dans les Rocheuses !
Septembre 2018
10 jours
Partager ce carnet de voyage
1

L'Ouest Canadien regroupe communément les régions de la Colombie-Britannique et d'Alberta, au sein desquelles la fabuleuse chaîne de montagnes des Rocheuses figure naturellement sur tout itinéraire de voyage...

Si les terres de l'Ouest Canadien étaient habitées depuis au moins 11 000 ans par des peuples amérindiens, la région n'est explorée par les européens que depuis le milieu du 18e siècle. Leur peuplement est encore plus récent, ces territoires montagneux étant pendant longtemps très difficiles d'accès.

Survol de l'Ouest Canadien

Tout au long de notre voyage, nous avons ainsi pu constater que le développement de l'Ouest Canadien est intimement lié à l'avènement de la Confédération canadienne et l'expansion ferroviaire qui suivit. En effet à partir du 1er juillet 1867, la Confédération regroupa des provinces de l'est puis du centre de l'Amérique du Nord britannique dans le but d'en faire un nouveau pays, le Canada, en les reliant par une nouvelle voie ferrée. A l'ouest la Colombie-Britannique sera entraînée dans la Confédération en 1871, avec la promesse qu'un chemin de fer transcontinental sera construit au cours de la décennie suivante.

La construction fut d'abord entreprise par le gouvernement du premier ministre John A. Macdonal, mais face à la difficulté de traverser les 1600 km de terrains escarpés des Rocheuses, en 1880 le chantier fut confié à la compagnie ferroviaire Canadian Pacific Railway. En 1885 le dernier crampon de la ligne est posé, et c'est le 23 mai 1887 que premier train transcontinental arrive en gare de Vancouver, reliant enfin l'Atlantique au Pacifique !

Ce chemin de fer a donc eu un rôle déterminant dans la création d'une nation canadienne unifiée, qui s'étend désormais sur toute la largeur du continent. Ce fait historique prend aujourd'hui tout son sens dans la devise nationale « A mari usque ad mare », du latin signifiant « D'un océan à l'autre ».

Lorsque nous avons évoqué la possibilité d'un voyage au Canada, j'ai tout de suite été plus attirée par sa côte Ouest qui me paraissait moins conventionnelle et plus sauvage. Puis l'idée de traverser la région en camping-car nous a définitivement convaincu ! Bien que totalement novices en la matière, j'ai la chance d'avoir un homme très bon conducteur et débrouillard dans tout type de situation, nous n'avons pas donc pas hésiter à opter pour le confort du grand modèle C30 via l'agence CruiseCanada.

Très spacieux avec plus de 9 mètres de long et 2,5 mètres de large, l'aménagement intérieur offre tout l'espace nécessaire pour vivre au quotidien ! Un guide du véhicule bien expliqué nous a aussi permis d'appréhender rapidement son fonctionnement et nous n'avons eu aucun problème majeur pendant notre road-trip, même lorsque la neige a fait son apparition. Dans ce pays absolument tout est prévu pour les RV très communs ici, et les sites de camping ne manquent pas. Bref nous avons vraiment adoré ce nouveau moyen de voyager, permettant encore plus d'indépendance, plus de liberté tout simplement !!

Les choix d'itinéraires furent difficiles au sein de ce vaste territoire, mais nous avons décidé de nous concentrer sur l'intérieur des terres et leurs iconiques parcs provinciaux et nationaux: la promesse d'une flore luxuriante, avec des forêts qui revêtent leurs plus belles couleurs à l'automne; et celle aussi d'une faune préservée, où les ours et autres cervidés sont encore à leur état sauvage....

Ce qui nous marquera le plus pendant notre voyage ce sont les efforts mis en oeuvre pour la protection de l'environnement au sens large. Certes les parcs nationaux canadiens accueillent désormais des millions de visiteurs par an, mais la responsabilité de chacun est sans cesse mise à contribution afin de préserver ce milieu naturel. Certaines règles de vie et de sécurité sont donc à respecter, et des patrouilles de rangers s'en assurent. Finalement tout est fait pour que la nature garde ses droits, l'Homme n'étant ici qu'un invité...

Voici donc l'itinéraire de notre voyage à travers l'Ouest Canadien :

2

Première étape incontournable, Vancouver est la plus grande métropole de l'ouest du Canada, pourtant on a surtout été charmé par son accessibilité et sa douceur de vie...

Notre temps étant limité et avec tant de choses à découvrir dans l'ouest Canadien, nous n'avons passé que deux nuits à Vancouver, ce qui était juste assez pour apercevoir les principaux quartiers mais il est certain que cette ville mérite de s'y attarder bien plus que ça !

Nous avons logé au Victorian Hotel, bien situé à quelques pas du quartier historique, et mignon comme tout avec une belle chambre au mur de briques apparentes.

Gastown

Au petit matin nous commençons notre visite à pied par Gastown, lieu de naissance de Vancouver et donc quartier le plus ancien. La ville de Gastown s'est développée en 1867 avec l'ouverture d'un saloon par John Deighton, dit Gassy Jack, en l'honneur de qui elle a initialement été nommée ainsi.

Mais en 1886 juste après avoir été renommée Vancouver, la ville naissante a été ravagée par le feu et lors de la reconstruction, la brique et la pierre furent cette fois-ci préférées au bois. La préservation et la restauration de ces bâtiments quelques années plus tard nous permettent aujourd'hui d'admirer ce quartier historique sous son plus beau jour !

L'avenue la plus animée est Water Street. D'abord à l'ouest, à l'angle de Cambie Street où l'on s'arrête devant la Steam Clock, une horloge en réalité électrique mais qui siffle les heures grâce à de la vapeur. Puis à l'est, à l'intersection de Carrall Street où l'on retrouve une statue de Gassy Jack perché sur un tonneau de whisky, devant le bâtiment Byrnes Block, premier édifice en brique construit en 1887 après l'incendie. Bref un quartier vivant et sympathique, notamment le soir venu avec ses nombreux bars et restaurants !

Seaside Promenade

On continue notre route au sud de Carrall Street où se situe, parait-il, un magnifique jardin chinois (Dr Sun Yat-Sen Classical Chinese Garden), mais les lieux étaient encore fermés. On poursuit donc jusqu'à une apaisante promenade qui longe la baie de Vancouver, d'où l'on peut apercevoir l'architecture étonnante du musée Science World ou encore l'imposant stade BC Place Stadium.

Yaletown

On atteint ensuite Yaletown, un ancien terminal ferroviaire de la ligne du Canadien-Pacifique qui était alors un important centre de distribution de marchandises à la fin du 19e siècle. Mais avec la fermeture du terminal le quartier fut peu à peu laissé à l'abandon, jusqu'à ce qu'il soit réhabilité pour accueillir l'immense Exposition internationale organisée à Vancouver en 1986.

Comme un air de Williamsburg à New York... En tout cas on aime toujours autant ces quartiers industriels qui retrouvent un nouveau souffle tout en conservant leur caractère historique !

A l'intérieur de l'un de ces splendides hangars de brique rouge rénovés on peut d'ailleurs admirer la locomotive n°374, qui le 23 mai 1887 arriva en gare de Vancouver tractant le tout premier train transcontinental avec des passagers à bord. En face se situe la Roundhouse, ultime vestige de la gare d'autrefois, avec son bâtiment attenant qui servait d'atelier de réparation des locomotives.

Granville Island

Île artificielle créée en 1914, Granville Island était initialement exploitée à des fins industrielles, mais à la fin du 20e siècle le quartier fut lui aussi réhabilité en centre récréatif et commercial. Les usines et entrepôts ont alors été transformés en théâtres et studios artistiques, boutiques d'artisanat et autres restaurants. Déambuler dans ces rues est vraiment étonnant et cela change des commerces classiques !

Pour relier Yaletown à Granville Island nous montons à bord de la navette Aquabus: de là on peut notamment admirer les confortables "boat-houses" de chanceux Vancouverois, ainsi que les énormes réservoirs peints du cimentier et doyen de l'île (1917) !

Mais ce qui fait avant tout la popularité du quartier c'est le Granville Island Public Market, un vaste marché où l'on trouve de tout: traiteurs, bouchers, poissonniers, pyramides de fruits et légumes ou encore des stands d'artisanat... On profitera d'ailleurs du food court très sympa pour déjeuner !

West End

On reprend ensuite l'Aquabus pour atteindre West End, ainsi considéré comme "le bout de la route" de l'ouest Canadien. Avec une densité de population élevée c'est le quartier résidentiel le plus dynamique de la ville, où les anciennes maisons de bois côtoient les tours art déco !

Le panorama s'ouvre ici sur English Bay Beach, une véritable plage où les rondins de bois remplacent les traditionnels transats, et apparemment une destination prisée des habitants pendant la période estivale !

En continuant au coeur du quartier, on découvre le Barclay Heritage Square, où autour d'un beau jardin des maisons victoriennes datant des années 1890 témoignent de la vie d'antan, j'adore !

Stanley Park

Puis on se dirige enfin vers Stanley Park, cet écrin vert de 400 hectares qui fut aménagé sur une presqu'île à la fin du 19e siècle grâce au Lord Stanley, alors gouverneur général du Canada. Selon ses mots, le parc est dédié « à l'usage de tous, peu importe la couleur, la religion ou les traditions; pour l'éternité » ...

Afin de profiter pleinement du parc nous avons préféré louer des vélos et c'était super !! Cela permet de profiter plus longuement des pauses sur les différents points de vue et plages du parc, mais également de se perdre ensuite sur ses nombreux sentiers !

Du coup attachée à mon guidon je n'ai pas pris beaucoup de photos, mais la promenade The Seawall, qui fait le tour du Stanley Park sur près de 9 km, permet de ne rien manquer de ces paysages entre océans, forêts et montagnes ! A savoir que la circulation est à sens unique sur cette piste cyclable, dans le sens contraire des aiguilles d'une montre.

Au départ de Coal Harbour alors que les gratte-ciel sont éclipsés par les nombreux voiliers de la marina, on commence notre échapée dans ce décor incroyable. Très vite on s'arrête devant les Totem Poles, qui évoquent l'importante présence autochtone sur cette presqu'île il y a seulement 150 ans, avant de parcourir la côte est du parc jusqu'au Lions Gate Bridge, le pont suspendu symbolique de la ville. D'ici la courbe du parc nous emmène sur sa côte ouest, qui offre cette fois-ci d'agréables plages où se prélasser comme Third Beach, pour ensuite emprunter les petits sentiers qui mènent au sauvage Beaver Lake et enfin au bord du paisible Lost Lagoon. Bref, une balade idéale pour cette fin de journée splendide à Vancouver !

Downtown

Le lendemain matin nous avons encore quelques heures avant de récupérer notre camping-car (on est impatients!), et donc pour découvrir un peu plus la ville. Du coup direction le quartier de Downtown, le centre-ville dynamique de Vancouver qui reflète aujourd'hui sa vitalité économique.

Au détour de ces grandes avenues on aperçoit la Vancouver Art Gallery qui occupe un ancien palais de justice, mais le site semble en travaux et le musée est encore fermé. On passera également devant la Christ Church Cathedral, petit église gothique nichée au milieu des buildings en verre, ainsi que le Marine Building, un édifice élégant et emblématique de la ville qui rend hommage à son passé maritime.

On rejoint ensuite Canada Place qui abrite un terminal pour les bateaux de croisière et un palais des congrès. A cette heure matinale la balade sur la jetée est vraiment reposante, et au loin les imposants pétroliers qui semblent comme percer la brume rendent ce décor encore plus énigmatique.

Seaplane #1

De là on aperçoit également le ballet des hydravions de la compagnie Harbour Air, et bien que ce n'était pas prévu au programme (pas à Vancouver du moins) on finit nous aussi par craquer ! Et vraiment on ne le regrette pas, malgré le prix toujours trop élevé de ce genre d'activités...

On commence d'abord par survoler North & West Vancouver jusqu'aux îles de la baie, avant de retourner au-dessus de la ville et apprécier les vues sur Stanley Park, English Bay et les buildings de Vancouver ! Le décollage et l'atterrissage sur l'eau rendant ce vol encore plus spectaculaire...

Observer ces paysages du ciel permet indéniablement d'en saisir toute leur beauté, entre océan et montagne Vancouver reste en effet une métropole unique en son genre ! On ne pouvait pas rêver mieux pour terminer ce court séjour dans cette ville que nous avons vraiment apprécié.

3

Notre premier road trip en camping-car débute sur cette route panoramique, qui comme son nom l'indique nous transporte déjà dans un monde à part, de la mer au ciel...

Avant toute chose il convient de faire les présentations avec notre nouveau compagnon de voyage, notre motor-home XXL et son chien de garde, renommé pour l'occasion "Rogers" ! Après des heures d'attente à l'agence et une brève prise en main du bolide, on s'élance finalement à l'assaut des routes canadiennes et pas des moindres pour commencer, à savoir la route 99 qui serpente au-dessus de l'eau.


Avec ces heures perdues notre temps est malheureusement compté pour cette fin de journée (heure limite d'arrivée au camping). Nous ne pourrons donc pas nous arrêter comme prévu aux chutes Shannon Falls et Brandywine Falls, mais nous avions déjà réservé et payé la suite...

C'est donc avec peu de temps devant nous que nous nous arrêtons tout de même au Sea to Sky Gondola, l'attraction principale sur cette portion de route. En une dizaine de minutes la télécabine nous transporte à une altitude de 885 mètres, avec au sommet un panorama splendide sur le fjord Howe Sound !

Plusieurs sentiers permettent de découvrir les environs avec d'autres plateformes d'observation, nous sommes donc vraiment déçus de ne pas pouvoir aller plus loin. On se console avec ce pont suspendu qui offre tout de même une pause sympathique en cette fin d'après-midi...

4

A moins de deux heures de Vancouver seulement on est déjà immergé dans un décor féérique, où un tourbillon de couleurs va définitivement nous conquérir !

Nous avons passé notre première nuit au Riverside Camping à Whistler, une agréable surprise avec un domaine bien entretenu et des emplacements au milieu de la forêt !

Whistler

Niché au pied des montagnes Whistler et Blackcomb, le village de Whistler a un charme fou ! Clairement bourgeoise mais très chaleureuse, cette station de ski populaire vibre à longueur d'année avec évidemment le ski l'hiver venu, mais attirant aussi beaucoup de randonneurs et cyclistes l'été.

Après un bon cappuccino sur Skiers Plaza face au départ des pistes, on se perd dans les rues piétonnes qui s'animent peu à peu. On suit notamment l'avenue Village Stroll parsemée de belles boutiques, comme Cool as a Moose que j'ai adoré pour faire un peu de shopping et quelques cadeaux ;) En bref on vraiment beaucoup aimé l'ambiance singulière de ce village et ses alentours !

Que dire de ces couleurs automnales que Whistler nous a réservé... Incroyable à s'en demander si les arbres sont bien réels, mais oui c'est tout simplement l'été indien qui poursuit son cours: pour notre plus grand bonheur !!

Au début des années 1960, un groupe de visionnaires voulait faire de cette région le site des Jeux Olympiques d'hiver de 1968. Même si cela n'arriva pas, ils réussirent à développer un vaste domaine skiable qui devint une destination touristique incontournable. Finalement lorsque les Jeux Olympiques d'hiver de 2010 furent organisés à Vancouver, Whistler fut l'hôte des compétitions comme le ski alpin et nordique, le bobsleigh, le biathlon ou les épreuves paralympiques. Aujourd'hui on retrouve encore les anneaux olympiques sur Olympic Plaza !

Pour notre prochain "rendez-vous" on se dirige ensuite plus au nord vers Green Lake, où l'on traverse Nicklaus N Boulevard, une rue résidentielle visiblement luxueuse où défilent des chalets en rondin et autres maisons de montagnes aussi atypiques que charmantes ! Le quartier est bordé par un terrain de golf et le lac, un cadre somptueux il faut l'avouer.

Seaplane #2

Cette fois-ci c'était bien planifié et on attendait avec impatience de survoler cette région qui se présentait déjà sous son meilleur jour, avec en plus le beau temps ! C'est donc au bord du Green Lake et toujours avec Harbour Air que l'on décolle de nouveau pour découvrir le fameux Garibaldi Provincial Park !

Après avoir survolé Whistler et ses lacs, nous quittons la vallée pour explorer les sommets vertigineux de cette infime partie de la Coast Mountains Range, une chaîne côtière de montagnes qui s'étend sur plus de 1600 km de la Colombie-Britannique à l'Alaska ! On se heurte rapidement à la beauté éclatante des glaciers du parc, au détour desquels se révèlent des lacs émeraude comme le Cheakamus Lake.

Puis sous nos yeux émerveillés surgit soudain le Garibaldi Lake, dont les eaux glaciaires sont aussi turquoises qu'on le dit. Situé à près de 1500 mètres au-dessus du niveau de la mer, cette couleur est due au reflet de la lumière sur les fines particules de roche broyée par l'érosion glaciaire, en suspension dans l'eau de fonte qui s'écoule de deux glaciers voisins.

Des formations volcaniques et des prés alpins luxuriants entourent également le lac Garibaldi, et après avoir contourné le pic de roche volcanique The Black Tusk qui culmine à plus de 2300 mètres d'altitude, nous apercevons une dernière fois le panorama étonnant du Garibaldi Lake comme perché au-dessus de ces falaises escarpées... Une aventure qui marque définitivement notre voyage dans l'Ouest Canadien !

5

Ici la route nous guide vers cette région qui fut autrefois l'objet d'une intense ruée vers l'or, alors accessible par un seul étroit sentier longeant les falaises et les canyons...

The Cariboo Wagon Road fut initiée en 1860 à la suite du "Fraser Canyon Gold Rush". Nous passons notamment par la petite ville de Lilooet, qui était alors une importante localité de la Colombie-Britannique et le Mile 0 de cette route de la ruée vers l'or. Aujourd'hui elle reste surtout majoritairement habitée par des communautés des Premières Nations.

Les paysages se font de plus en plus désertiques et arides, les habitations plus modestes aussi, beaucoup de fermes et de ranchs, quand après 3 heures de route sinueuse nous arrivons enfin à Cache Creek...

Au camping Historic Hat Creek nous avons le terrain pour nous seul, pour le coup on se sent vraiment loin de tout et c'est un moment privilégié que de se sentir aussi déconnectés du reste du monde. En plus les couleurs au coucher de soleil sont tout simplement sublimes...

C'est sur ce même site que l'on visite le lendemain matin Historic Hat Creek Ranch, ce ranch de 130 hectares situé le long de la première portion de The Cariboo Wagon Road. Encore une fois nous avons les lieux pour nous et les guides, en tenue d'époque, nous accueillent très chaleureusement.

La maison "Hat Creek" fut établie en 1861 par un certain Donald McLean, comme un relais pour ces nouveaux chercheurs d'or et voyageurs. Au fil des années et des différents propriétaires, de nouveaux bâtiments furent construits et c'est entre 1885 et 1905 que le ranch connu sa période la plus vivante, lorsque cette route desservait les diligences et wagons de marchandises de la compagnie Express de la Colombie-Britannique, dite "BX".

Aujourd'hui encore on peut errer sur cette même route, admirer le travail du forgeron, entrer dans les granges et autres écuries, jusqu'à visiter toutes les pièces de la maison originelle, révélant l'histoire fascinante du ranch et de ses habitants. Un super moment qui nous plongent réellement dans l'ambiance !

En fin de matinée nous reprenons la route, les paysages continuent de changer et de nous étonner ! Nous ferons également un arrêt dans la ville de Kamloops, qui ne nous a pas particulièrement charmé. Mais quelques kilomètres plus loin nous allons vite retrouver des contrées plus sauvages...

6

Surnommé le "parc aux cascades", il y en aurait 39 officielles et une centaine de plus au total, Wells Gray est moins fréquenté que les parcs nationaux, et surtout réputé pour ses ours noirs !

C'est au coeur de ce parc que nous passerons la nuit au camping Wells Gray Golf Resort & RV Park, dans un cadre fantastique où nous profiterons de notre premier barbecue canadien au bord de la rivière, que demander de plus...

On s'arrête d'abord aux chutes Spahats Falls, 73 mètres de hauteur. Il y a plus de 200 000 ans des éruptions volcaniques formèrent un important dépôt de lave cette la vallée du fleuve Clearwater. Puis il y a environ 10 000 ans lors de la dernière période glaciaire, la rivière a rétabli son cours et d'énormes inondations ont érodé la lave, créant ces canyons dans lesquels se jettent aujourd'hui les chutes.

Sur cette route presque déserte, parsemée ici et là de chutes d'eau et de prairies verdoyantes, les arbres nous offrent cette fois-ci un dégradé de jaune saisissant, grandiose !

En continuant plus loin dans le parc il ne faut pas non plus manquer de s'arrêter aux chutes Helmcken Falls, formées de la même manière que Spahats Falls. Sauf qu'ici elles sont hautes de 141 mètres et larges de 23 mètres, la puissance est impressionnante et l'effet garanti !

Wells Gray Provincial Park est aussi connu pour sa grande population d'ours noirs et c'est donc un des meilleurs endroits de la région pour en faire l'observation... Autant dire que j'étais d'autant plus attentive sur la route, scrutant le moindre mouvement suspect :)

Et c'est finalement tôt le lendemain matin que nous croisons notre premier ours noir, tranquillement en train de traverser une prairie ! Nous nous faisons les plus discrets possibles pour ne pas le déranger, tout en savourant ces quelques minutes de pur bonheur que d'observer cet animal emblématique dans son milieu naturel... Inoubliable !!

Après cette merveilleuse surprise nous quittons le parc, avec comme prochaine destination Blue River où des safaris en bateau sont organisés, notamment pour observer les ours. Malheureusement pas de nouvelles rencontres pour nous ce jour là. Mais l'excursion reste très sympa, on navigue sur les eaux de la North Thompson River jusqu'à atteindre Mud Lake, une belle aventure !

7

D'une superficie de plus de 11 000 km2, le parc national de Jasper est l'un des derniers grands écosystèmes de la région où les animaux sauvages se laissent encore apercevoir...

Yellowhead Highway

C'est par la majestueuse route Yellowhead Highway que l'on arrive dans les Rocheuses canadiennes, ou Canadian Rockies, cette chaîne de hautes montagnes modulées par les glaciers, qui s'étend sur 1200 km le long de la frontière entre la Colombie-Britannique et Alberta. On remarque tout de suite le Mount Robson, son plus haut sommet culminant à 3954 mètres (photo ci-dessus). Dès lors on sait déjà que ce vaste territoire nous réserve de belles surprises !

Et cela commence dès notre arrivée au Whistlers Campground, notre camping pour deux nuits situé près de Jasper, très grand mais particulièrement bien organisé au milieu des bois.

A peine installés donc nous faisons connaissance avec une famille de wapitis, qui sont ici en totale liberté et surtout chez eux !! Entre les camping-car les femelles vaquent à leurs occupations tandis que les petits s'amusent, et au petit matin c'est le brame du mâle lui-même qui nous réveille (c'est la période de rut). Quand il croise soudain notre route, fier et imposant: tout simplement incroyable !!!

Medicine Lake

En ce début de journée on se rend directement au bord du Medicine Lake pour préparer et savourer notre petit-déjeuner devant cette vue somptueuse. Un des nombreux avantages de voyager en camping-car :) et surtout un nouveau moment privilégié !

Le lac Medicine a la particularité en automne de disparaître presque complètement, pour ensuite se remplir de nouveau en période estivale lorsque les glaciers fondent. C'est dans ce paysage atypique que nous rencontrons un petit troupeau de chèvres, qui n'hésite pas à bloquer la circulation pour traverser la route. Encore une fois la vie sauvage a gardé tous ses droits ici et on adore !

Maligne Lake & Spirit Island

Nous rejoignons ensuite Maligne Lake pour une excursion en bateau. Poétiquement, notre guide nous prévient que si les impressionnants sommets et glaciers forment comme une bague au sud du lac Maligne, c'est parce qu'il en est le joyau... Nous naviguons alors jusqu'à Spirit Island, iconique décor des Rocheuses canadiennes, rendu notamment célèbre par une photographie de l'île de Peter Gale exposée au Grand Central Terminal à New York en 1960, afin de promouvoir les nouveaux films couleurs de Kodak.

Ce n'est qu'au printemps que ce petit bosquet d'arbres est séparé du rivage par les eaux, mais Spirit Island reste un lieu spirituel important pour le peuple des Premières Nations - Stoney Nakoda, pour qui la chaîne de montagnes qui entourent sur trois côtés l'île, fait très significatif à leurs yeux, est la représentation de leurs ancêtres. Et le panorama qui s'ouvre sur ces sommets est en effet grandiose !

Spirit Island a bien évidemment sa propre légende, selon laquelle un garçon et une fille de deux tribus ennemies se rencontraient sur l'île une fois par semaine, lorsque le père de cette dernière apprit cet amour interdit et la défendit de s'y rendre à nouveau. Le jeune homme continua malgré tout de venir sur l'île, jusqu'à y mourir sans jamais la revoir. C'est ainsi que son esprit hanterait toujours les lieux, recherchant désespérément son âme soeur...

De retour sur le sentier longeant Maligne Lake, nous croisons maintenant un orignal, ou moose, reconnaissable par ses bois larges et plats, pouvant atteindre 1,80 mètres de hauteur à l'épaule et près de 600 kilos ! Avec l'ours, c'est l'espèce sauvage que l'on rêvait de voir ici au Canada et encore une fois c'était à la hauteur de nos espérances... La région tient décidemment toutes ses promesses !

Nous aurions évidemment adoré voir des caribous des bois, animal symbolique du Canada, mais l'on a tristement appris que l'espèce était en voie de disparition dans cette région...

Maligne Canyon

Sur la route du retour nous nous arrêtons cette fois-ci au Maligne Canyon, une spectaculaire gorge surnommée "marmite de géant" de par ses cavités sculptées dans la roche par les incessants tourbillons d'eau, drainant les galets et favorisant l'érosion. Des sentiers et plusieurs ponts ont été aménagés pour contempler et enjamber le canyon, pouvant atteindre tout de même 50 mètres de profondeur !

A l'entrée du site un ranger tenait un stand d'informations sur la préservation de l'environnement et proposait de participer à une opération de nettoyage du parc. Ainsi munis de nos pinces à déchets, nous n'avons pas vu passer les heures à scruter les sentiers du canyon ! Un petit geste pour la nature et qui permet aussi de passer un moment super sympa :)

Jasper

Nous finissons cette journée forte en émotions à arpenter les rues de Jasper, qui tire son origine d'un ancien poste de traite des fourrures établi en 1813. La ville se développa ensuite avec la construction de la gare ferroviaire en 1925, puis l'ouverture de la promenade des Glaciers en 1940. Mais Jasper reste encore aujourd'hui une petite localité authentique et tranquille, du moins en dehors de la saison estivale !

Le lendemain matin nous nous réveillons émerveillés avec les premiers flocons de l'hiver canadien... Dès lors de nouveaux paysages nous attendent, encore plus féériques sous ce manteau blanc, ainsi qu'une météo imprévisible, entre tempêtes de neige et grand ciel bleu !

8

La Promenade des Glaciers emprunte la Highway 93 et traverse les Rocheuses Canadiennes du nord au sud sur 230 kilomètres, offrant quelques arrêts incontournables !

La Promenade des Glaciers (Icefields Parkway) fut nommée ainsi d'après le champ de glace Columbia (Columbia Icefield) qui s'étend sur les parcs nationaux de Jasper et de Banff. Pour nous avec cette brume de neige difficile de l'apercevoir, mais cette route reste en soi grandiose à parcourir !

Le célèbre glacier Athabasca, qui fait partie du champ de glace Columbia, est malheureusement en train de disparaître: sa fonte est évaluée à plus de 5 mètres chaque année, il aurait ainsi reculé de 1,5 kilomètres depuis 1850 et pourrait complètement fondre d'ici 2100. La faute au réchauffement climatique, et une fois de plus un bien triste constat..

Nous aurons tout de même l'occasion de nous arrêter aux chutes Athabasca Falls et Sunwapta Falls, offrant des exemples typiques de vallées que l'on dit "suspendues". Lorsque l'érosion d'un petit glacier se joint à celle d'un glacier plus important, elle creuse une vallée beaucoup moins profonde que le canyon formé par le glacier principal, et laisse ainsi l'impression d'être suspendue... Avec cette neige fraiche la couleur turquoise de l'eau glaciaire ressort d'autant plus, c'est splendide !

Et voici que sur le bord de la route nous rencontrons notre deuxième ours noir !! Sous une neige qui se fait de plus en plus dense, ce sont peut-être ses dernières sorties avant son "hivernation" durant laquelle il se mettra à l'abri dans sa tanière... Ce sera en tout cas le dernier ours que l'on verra, de plus près cette fois-ci, mais autant vous dire que l'on garde tout de même ses distances lorsque l'on sait qu'il peut atteindre une vitesse allant jusqu'à 55km/h !!

En milieu de journée la tempête de neige se fait de plus en plus forte, nous décidons de ne pas prendre de risque avec le camping-car et de remettre les derniers arrêts à plus tard. Nous continuons donc directement jusqu'à Lake Louise où nous passerons la nuit dans un hôtel, et nous avons bien fait car très vite la circulation est devenue compliquée !

C'est donc le lendemain matin que nous reprenons la Promenade des Glaciers en sens inverse, sous un ciel miraculeusement radieux (même si la météo continuera de faire des siennes...). Pour l'heure c'est surtout sur les rives du Herbert Lake que l'on sera ébloui par les reflets des montagnes enneigées sur les eaux lisses de ce lac... Les points de vue sur Hector Lake et Bow Lake sont eux aussi à ne pas manquer.

Nous atteignons ensuite Peyto Lake, où nous avons d'abord la mauvaise surprise de nous retrouver dans un embouteillage, le parking n'ayant pas été déneigé. Nous finissons tout de même par nous garer en contrebas et finissons la montée à pied. Une fois en haut on aperçoit toute cette foule se presser en direction du principal point de vue, mais heureusement j'avais lu qu'il y avait un autre accès :)

Une courte randonnée mène en effet au Bow Summit (2088 m), le point le plus élevé de la Promenade des Glaciers, même si la marche n'est pas évidente dans la neige fraichement tombée en quantité. Mais arrivés au sommet nous avons surtout le souffle coupé par cette vue absolument incroyable, de ce lac glaciaire d'un bleu profond dont les contours ici subtilement blanchis rappellent à certains la forme d'un renard... Le silence est infini, nous sommes seuls et tout petits face à cette immensité qui s'ouvre à nous, un moment fort de notre voyage !

9

Le lac Louise porte la désignation de "joyau du Canada" et promet un décor de carte postal en été comme en hiver, ce qui rend donc la destination très (voir trop) populaire !

Nous avons donc passé la nuit de la veille au Deer Lodge, situé à quelques centaines de mètres seulement du lac. L'hôtel de type montagnard est en soi chaleureux, mais nous avons été très choqués par la saleté de notre chambre et la non-réactivité de l'équipe. Pour le coup le rapport qualité-prix était nul, et nous aurions mieux fait de rester dans notre camping-car :)

Heureusement cette petite déception sera vite oubliée avec la découverte du lac Peyto le lendemain matin, après laquelle nous retournons en direction du lac Louise. On s'accorde alors une pause déjeuné très sympa à The Station Restaurant, aménagé dans l'ancienne gare ferroviaire du village.

Nous voulions d'abord nous rendre au Moraine Lake, mais à cause des chutes de neige la seule route d'accès était fermée. On arrive donc au bord du Lake Louise, et même si les nuages ont de nouveau fait leur apparition, ce sont des couleurs saisissantes qui nous envoutent !

Surnommée le "lac des petits poissons" par les autochtones, ce sont eux qui conduisirent en 1882 Tom Wilson, un cheminot du Canadian Pacific, jusqu'au site et qui le nomma "Emerald Lake" pour la couleur de ses eaux. En 1884 il fut rebaptisé "Lake Louise" en l'honneur de la princesse Louise Caroline Alberta, fille de la reine Victoria. En 1890 la compagnie du Canadian Pacific fit construire un modeste chalet en rondins face au lac, remplacé par un petit hôtel en 1911, qui deviendra ensuite le luxueux "Fairmont Chateau Lake Louise".

Afin d'éviter le monde sur les sentiers du lac, nous prenons le large grâce à un tour de canoë inoubliable !! Une fois éloignés des rives on retrouve un silence apaisant, l'évasion est totale avec finalement la sensation d'avoir les lieux pour nous seuls....

10

Le nom de Banff évoque la concrétisation d'un rêve national, celui de la création du premier parc national du Canada, aujourd'hui devenu légendaire !

En nous rendant en fin de journée jusqu'à Canmore pour nous réapprovisionner en propane, une grosse tempête de neige s'est abattue sur nous et plusieurs camions s'étaient renversés sur l'autoroute... Plutôt que de revenir sur nos pas, nous avons donc passé la nuit dans le premier camping trouvé, en l'occurrence Rundle Mountain RV Park.

Bow Valley Parkway

Puis le lendemain matin, comme si rien n'était, le soleil fait timidement son apparition. On reprend donc la direction du parc national de Banff, jusqu'à emprunter la magnifique route A1, ou Bow Valley Parkway, qui serpente le long des montagnes et où l'on prend encore plus le temps de rouler doucement !

Avec la tempête de neige de la veille qui a dû en décourager plus d'un, nous ne croiserons que quelques véhicules de rangers en cette heure matinale, la route est à nous ! Nous en profitons aussi pour découvrir Johnston Canyon, où un chemin et des ponts ont été aménagés le long de la gorge. Le site est splendide et cette balade revigorante !! Même si nous n'irons pas plus loin que le point de vue sur Lower Falls, le sentier étant trop glissant pour continuer jusqu'à Upper Falls, ça vaut largement la peine.

Banff

On retourne ensuite vers le village de Banff pour visiter Cave and Basin, déclaré site historique national en 1981. En plus d'un musée interactif, on peut aussi découvrir la grotte souterraine à l'origine de la création du parc, et en apprendre d'avantage sur le fonctionnement naturel de ces sources thermales.

Cave and Basin est reconnu à juste titre comme le berceau des parcs nationaux canadiens. Si ce site est riche de plus de 10 000 ans d'histoire pour les autochtones, c'est lorsque trois cheminots du Canadian Pacific le découvre en 1883, qu'il attire l'attention du premier ministre John A. Macdonald. En 1885 ce dernier pris la décision historique de créer une réserve protégée autour des sources thermales, et ainsi naquit le premier parc national du Canada...

A l'époque pour accompagner l'exploitation du site Cave and Basin en tant que cures thermales, la compagnie Canadian Pacific entreprit en 1887 la construction du Banff Springs Hotel, aujourd'hui le Fairmont Banff Springs, qui 100 ans plus tard fut déclaré site historique national. Un point de vue surnommé "Surprise Corner" permet notamment d'admirer ce château digne d'un conte de fées !

En cette fin de journée une petite tempête de neige fait de nouveau des siennes, il est ainsi l'heure de retrouver notre refuge pour cette ultime nuit au Canada...

Moose Hotel & Suites, un refuge luxueux où partout le bois et la pierre donne un cachet rustique des plus chaleureux ! Une chambre superbement décorée avec cheminée et balcon, ainsi qu'un spa et des piscines chauffées à disposition sur le toit, le top !

Nous passons donc nos dernières heures dans les rues du village de Banff, qui vit au rythme du tourisme toute l'année mais garde quand même une certaine authenticité. Nous avons adoré nous balader le long de Banff Avenue, le coeur animé de la ville le soir avec ses jolies boutiques et nombreux restaurants, puis qui retrouve toute sa quiétude au petit matin.. Bref une belle dernière étape !

11

C'est le coeur lourd que nous prenons finalement la direction de Calgary... Il est l'heure de quitter Rogers, notre fidèle camping-car qui ne nous aura pas fait défaut pendant cette traversée de l'Ouest Canadien ! Pour nous un nouveau moyen de voyager testé et approuvé :)

* 1838 kilomètres *

Pendant lesquels nous avons également traversé les saisons, de la fin de l'automne au début de l'hiver, rencontré une faune sauvage incroyable et accumulé de nouveaux souvenirs de voyage uniques ! Au-delà des paysages grandioses, c'est aussi l'accueil et le mode de vie des habitants qui nous ont conquis. Une certitude aujourd'hui, c'est que l'on reviendra découvrir les autres territoires du Canada....

Survol du Groenland 

Voyagez en circuit individuel, personnalisé et abordable

Plus de 50 circuits inspirés des meilleurs blogs MyAtlas
Personnalisation facile en quelques clics de votre voyage
Devis instantané, réservable en ligne, sans intermédiaires